Pour une entreprise efficace et réactive, l’indicateur de performance ne peut pas être le bilan de fin d’année du comptable.

L’un des premier rôle d’un DAF est de mettre à la disposition du chef d’entreprise un tableau de bord :


  • Régulier (base mensuelle)

Dans le monde actuel, la réactivité est la base de la réussite. Plus les dérives sont constatées tôt, plus les actions correctives sont faciles et les conséquences limités. Il est par exemple possible de revoir les coûts ou le prix de vente d’un gros marché en cours de réalisation. C’est impossible une fois le marché terminé et livré au client !


  • Accessible

Le chef d’entreprise n’est en général par un DAF, il n’a ni le temps ni la capacité d’analyser des pages de chiffres et de graphiques. Il lui faut des documents synthétique et accessibles.

De plus les moyens humains et financiers que l’entreprise consacre à son tableau de bord doivent être en rapport avec ses besoins. Un outil trop complexe et détaillé sera coûteux, les collaborateurs de l’entreprise ne se l’approprieront pas et ne le feront pas vivre.


  • Adapté à la situation de l’entreprise 

Le DAF doit analyser le rapport coût/bénéfice avant de mettre en place un tableau de bord. Outre les coûts de développement, il ne faut pas perdre de vue les coûts internes car plus le tableau de bord va descendre à un niveau détaillé et plus les différents intervenants de l’entreprise vont être mis à contribution pour effectuer des allocations fines.


  • Fiable

Il est évident que le tableau de bord doit être le reflet de la rentabilité économique de l’entreprise. A ce titre il peut s’éloigner des résultats comptables de l’entreprise à la condition d’être toujours capable de justifier les différences.

De même le DAF doit établir des tableaux de bord parfaitement cohérents entre eux. Il ne peut être envisagé d’avoir des résultats par site/département ou marché dont la somme ne serait l’exact résultat d’ensemble.

Le DAF doit être un chef d’orchestre, permettant à chacun de s’approprier l’outil mis en place, de le faire vivre, de l’enrichir et donc de le faire évoluer au rythme de l’évolution de l’entreprise.


  • Permettant une vision détaillée des différentes activités/marchés de l’entreprise :

Selon le cas, le tableau de bord doit descendre au niveau d’analyse le plus adapté pour l’entreprise. Ce peut être par établissement, atelier, ligne de production ou bien par marché, affaire.

Le DAF doit également apporter son expertise afin d’aider le chef d’entreprise à interpréter les chiffres. Il doit être capable de fournir toutes les explications justifiant les écarts.

Efficience Finance propose des tableaux de bord simples et peu coûteux. Totalement automatisés, ils sont faciles d’appropriation par l’entreprise et permettent un niveau d’analyse détaillé. Souples, ils s’adaptent à chaque entreprise et peuvent évoluer rapidement.